Amanda en streaming VF HDLIGHT

Liens de Téléchargement

Uptobox Fastdownload HDLIGHT (VF)

Synopsis et détails

Amanda
Réalisateur(s) : Mikhaël Hers
Acteur(s) : Isaure Multrier, Stacy Martin, Vincent Lacoste
Catégorie(s) : Drame
Langue : VF

Après le meurtre brutal de sa sœur, David se retrouve à la charge de sa nièce Amanda, âgée de 7 ans.

1 commentaire pour le film “Amanda” :

  1. Anonyme dit :

    un film calme et curatif sur la vie après la terreur.

    Drame français bien intentionné mais parfois obtus sur un enfant de sept ans dont la mère est tuée lors d’une fusillade à grande échelle

    Les dévastations et les pertes causées par les attentats terroristes à Paris, Nice et ailleurs constituent le point de départ de ce film français au réalisme et à la douceur du réalisateur et co-auteur Mikhaël Hers, sur un incident violent fictif. C’est un film calme et curatif avec une partition musicale émolliente, et il refuse consciemment – contre-intuitivement – de s’engager dans la colère et la dégoût politique conflictuelles qui pourraient faire l’objet d’un film sur les victimes du terrorisme. Je me suis parfois demandé si ce serait si différent si le personnage impliqué décédait d’un cancer, plutôt que lors d’une terrible fusillade dans un parc public.

    Il y a une sorte d’authenticité dans cela. Derrière les gros titres, il y a des êtres chers qui doivent vivre au quotidien. La mort est banale. Mais Amanda est parfois obtuse, avec le look d’un téléfilm de la semaine, bien que les représentations soient tout à fait sincères, honnêtes et compréhensives.

    L’Amanda du titre est une fillette de sept ans interprétée par la nouvelle venue Isaure Multrier, élevée à Paris par la prof et mère célibataire Sandrine, interprétée par Ophélia Kolb (une habituée de la comédie télévisée de Netflix, Call My Agent). Parfois, Sandrine a besoin d’aide pour la garde de ses enfants, et c’est là que son frère de vingt ans, David (Vincent Lacoste) doit faire sa part: prendre Amanda à l’école et la garder quelques jours par semaine. Alison (Greta Scacchi), leur mère séparée, est anglaise et vit à Londres: ils ont l’intention de visiter le Royaume-Uni et de se rendre à Wimbledon, car le tennis est un grand amour de David, bien qu’il soit toujours prêt à ne pas voir Alison.

    David a un tas de boulots: organiser une location légèrement loufoque pour un propriétaire local et couper des branches d’arbres pour le département des parcs. Les choses commencent à s’améliorer lorsqu’un belle locataire, Léna (Stacy Martin), semble s’intéresser à lui. Mais alors, un jour terrible, David, Sandrine et Léna acceptent de se retrouver dans le parc; David est retardé par quelque chose et se présente tard, pour être accueilli par une scène de dévastation. Léna est blessée et Sandrine tuée. L’expression «terreur islamiste» est entendue au journal télévisé mais l’incident n’est pas discuté. Désormais, David, infortuné et désespéré, n’est guère plus qu’un garçon, doit devenir le père d’Amanda. Les traumatismes et les blessures de Léna font qu’elle veut partir et vivre avec sa mère. David et Amanda se sentent seuls et effrayés par l’avenir.

    Une scène m’a fait lever un sourcil. David et Amanda se promènent ensemble dans le parc et elle remarque deux Blancs apparemment en train de réprimander une musulmane avec un foulard, peut-être précisément pour se couvrir la tête: une question brûlante en France, encore plus que la Grande-Bretagne, malgré le. Amanda demande à David ce qui se passe. Il commence à parler de la religion en général, du fait qu’ils ne croient pas en elle, et que cet enfer est un non-sens. La scène se termine là, ayant apparemment résumé les implications. Hé bien oui. Mais cette femme n’est pas en difficulté à cause de la religion en général. Les nonnes en guimauves ne se font pas engueuler. Elle traverse une période difficile parce qu’elle est musulmane. Le film s’y sent évasif et naïf, et c’est une fausse note.

    Mais il y a néanmoins une grande sincérité et une grande chaleur dans ce film et quelque chose de très franc et direct dans la relation entre Lacoste et Multrier à l’écran. À Londres, David et Amanda se rendent à Wimbledon pour assister à un match disputé devant le Central Court. Celui-ci a prévu de se faire entendre tous les trois. et au bord des larmes quand il a l’air de perdre. Est-elle absorbée par le spectacle ou, d’une manière ou d’une autre, oriente-t-elle inconsciemment sa perte et son deuil supprimés dans le sport? C’est un climax émotionnel agréablement emphatique pour ce film bon enfant et bien intentionné.