Au Poste! VF HDLIGHT

Regarder Au Poste! streaming vf
Voir Au Poste! en streaming HD

Liens de Téléchargement

Uptobox Fastdownload HDLIGHT (VF)

Synopsis et détails

Au Poste!
Réalisateur(s) : Quentin Dupieux
Acteur(s) : Benoît Poelvoorde, Grégoire Ludig, Marc Fraize
Catégorie(s) : Comedie
Langue : VF

Un poste de police. Un tête-à-tête, en garde à vue, entre un commissaire et son suspect.

1 commentaire pour le film “Au Poste!” :

  1. Anonyme dit :

    Un commissariat de police, un suspect interrogé pendant des heures et des heures par un mauvais inspecteur …, la scène a été montrée à plusieurs reprises dans des centaines de films policiers. On pourrait aller jusqu’à considérer la chose comme un sous-genre, son illustration la plus magistrale étant le classique “Garde à vue” de Claude Miller. Personne, en effet, n’a oublié le dur inspecteur Lino Ventura qui torturait psychologiquement un astucieux Michel Serrault en une nuit. Eh bien, on ne peut nier que “Au poste” s’ajoute à une longue liste, mais la bonne surprise est qu’il le fait à sa manière, singulière. On peut même affirmer qu’un tel “film d’interrogatoire de police” n’a encore jamais été vu! Cela n’a rien d’étonnant si on prend en compte le fait que Dupieux n’a jamais fait ce qu’on pourrait appeler un film “normal”, et encore moins le type d’histoire qui se déroule paresseusement entre un début et une fin, mettant en scène des personnages stéréotypés aux réactions prévisibles. Une telle conversion aux conventions obsolètes aurait en fait constitué une déception totale de la part d’un homme qui a osé (et est parvenu à) faire un film sur un … tueur de pneus (“Rubber”) ou sur un réalisateur qui a 48 heures pour trouver le meilleur … gémissement de douleur dans l’histoire du film (“Reality”)! Bien, s’il y a des conventions et des clichés, ils ne sont là que pour être contestés, ridiculisés et démolis. Et bien que l’on puisse dire en quelque sorte que c’est le travail “le plus normal” de Dupieux, vous êtes sûr de trouver de nombreuses bizarreries qui ressortent du cadre rigide du genre d’interrogatoire policier: rêves, flashs vers l’arrière enfermés dans des flashbacks et autres. Je m’abstiendrai de détailler pour ne pas tuer l’effet de surprise. Ce que vous feriez mieux de ne pas faire, c’est de confondre “Keep a Eye” avec un film “normal”. Si vous le faites, vous risquez d’être pris de court et de rejeter le tout. Au contraire, si vous le considérez comme une réflexion sur un genre codé, vous êtes sur la bonne voie du plaisir. Car, si vous regardez de plus près, vous constaterez que le dernier opus de Quentin Dupieux ne fonctionne pas sur moins de trois niveaux, ce qui est destiné à ceux qui le perçoivent comme une triple source de plaisir:

    – une simple histoire de crime qui, malgré les bouffées d’irrationalité, reste fondamentalement crédible. La situation elle-même, l’histoire ainsi que les personnages, moins leurs excentricités, sont en effet assez réalistes. De plus, les dialogues sont bien écrits, drôles et prononcés avec talent par deux maîtres de la comédie, Benoît Poelvoorde (l’inspecteur bad-ass) et Grégoire Ludig (le suspect sans défense), tous deux plus sobres qu’ils ne le sont habituellement.

    – une satire défiant les clichés et les décors du sous-genre déjà mentionné: l’intérieur sans charme du commissariat; l’interrogateur usé, un peu sadique et ses blagues douteuses; le suspect maintient son innocence sans pouvoir le prouver, les cigarettes, les sandwichs, les allées et venues de collègues, … Tout est là, mais d’une manière un peu décalée et ridicule.

    – un commentaire sur la théâtralité de tels drames “à huis clos”. Dupieux joue habilement sur le fait que dès qu’un meurtre est commis et que des suspects sont interrogés, chacun des protagonistes semble jouer un rôle écrit à l’avance et ne sait pas comment se dégager de ce rôle.

    Pour faire une histoire courte, vous trouverez “Keep a Eye”, un film passionnant ou insensé, selon que vous jouez ou non au jeu. Je souhaite que vous soyez dans le deuxième cas.