Been So Long VF HDLIGHT

Regarder Been So Long streaming vf
Voir Been So Long en streaming HD

Liens de Téléchargement

Uptobox Fastdownload HDLIGHT (VF)

Synopsis et détails

Been So Long
Réalisateur(s) : Tinge Krishnan
Acteur(s) : Arinzé Kene, George MacKay, Michaela Coel
Catégorie(s) : Comedie, Musical, Romance
Langue : VF

Une mère célibataire à Camden Town, Londres, tombe sous le charme d’un bel étranger avec un lourd passé. Mais elle n’est pas sûre d’être prête à ouvrir son coeur.

2 Commentaires pour le film “Been So Long” :

  1. Anonyme dit :

    Une mère célibataire dévouée qui, lors d’une nuit inhabituelle en ville, est charmée par un bel étranger encore troublé. Je n’ai aucune idée de ce que j’attendais même de ‘Been So Long’, mais ce film était sérieusement décevant et regorgeait de dialogues, de personnages et bien sûr, de personnages mal écrits, et bien sûr, de performances médiocres, et tout était axé sur le sexe. Ne vous attendez donc pas à quelque chose de bon ou d’amusant à voir ici. En outre, il s’agit d’un film Netflix et d’une autre grande descente pour ce service autrefois prometteur qui contenait quelque chose de bon.

  2. Anonyme dit :

    Chronique de Been So Long: Une affaire très sympathique

    Been So Long (joué dans des cinémas sélectionnés ainsi que sur Netflix) est l’une des principales réalisations de la comédie musicale Camden, qui a donné l’ambiance au nord londonien de ses décors douteux. Comme dans les films de Jacques Demy comme Les Parapluies de Cherbourg et Les Jeunes Filles de Rochefort, les couleurs pastel et la musique sont utilisées pour transformer une réalité quotidienne souvent sinistre. C’est une affaire très sympathique, mais avec une intrigue si sentimentale et si artificielle qu’elle évoque le souvenir des larmoyeurs victoriens les plus manipulateurs.

    Michaela Coel joue le rôle de Simone, une mère célibataire avec une fille handicapée. Elle mène une vie austère et tient les hommes à distance. «Si je veux vivre une expérience transcendante, j’irai dans une église», proteste-t-elle, mais reste attirée pour une soirée en ville par la folle hédoniste Yvonne (Ronke Adekoluejo), qui lui dit (dans un langage généralement torride) «vous avez besoin de mouiller votre pièce ». Par hasard, elle fait la connaissance de Raymond (Arinze Kene), qui vient de sortir de prison et qui vit avec sa mère. Ils sont liés par une partie de dames dans un pub du nord de Londres, mais leur chemin vers la romance est semé d’embûches. Il travaille comme nettoyeur de rue, essayant de reconstruire sa vie. Elle porte toujours les cicatrices d’une relation antérieure et a une vision très basse des hommes en général.

    La réalisatrice Tinge Krishnan est inconditionnellement aidée par ses deux rôles principaux. Coel (lauréat des Bafta pour la série télévisée Chewing Gum) est un écran puissant qui interprète les chansons parfois banales avec passion et conviction. Son intensité est complétée par le charme décontracté de Kene alors que Raymond, l’aimable ex-détenu chamois, tente de reconstruire sa vie. Il vient de l’ouest… il a grandi à Kilburn. Ils plaisantent sur le fait que son étiquette électronique à la cheville est un article de mode.

    Tandis que le couple fait la cour, Raymond est harcelé par Gil (George MacKay), un délinquant qui le tient pour responsable des calamités dans sa propre vie amoureuse et veut maintenant le sculpter.

    Les routines musicales sont aléatoires. “Cette femme m’a fait tourner la queue et je ne suis pas en mesure de sortir” ou “il y a un feu au fond de moi et je ne veux pas éteindre les flammes”, chantent des personnages alors que nous voyons des danseurs sans conviction effectuer en arrière-plan. Sur la preuve, Krishnan n’est pas Stanley Donen quand il s’agit de chorégraphier des scènes de choeur et des scènes de scène. Le film s’inscrit clairement dans l’utilisation inventive et lyrique des lieux londoniens. Qu’il s’agisse des canaux, des appartements, des cafés ou des discothèques ou des rues elles-mêmes, chaque cadre reçoit un éclat étonnamment romantique. Pour une fois, les cinéastes ne s’intéressent pas aux clichés du réalisme social. Krishnan fait preuve de beaucoup de chutzpah en utilisant un magasin de kebabs très discret comme cadre pour l’une des routines musicales les plus ambitieuses.

    Comme dans les feuilletons, le pub local est le centre de la communauté et de la conspiration. Bar Arizona, présidé par le flegmatique Barney (Luke Norris), a connu des jours meilleurs. Barney est en retard sur ses impôts et l’entreprise est menacée de reprise. Mais il laissera toujours Simone boire du champagne à la maison et écoutera toujours quand elle ou Yvonne voudra parler des problèmes de leur vie.

    Certaines séquences ici plongent dans l’extrême mawkishness. La scène de la salle de billard, dans laquelle les hommes se découvrent entre deux coups de feu en jouant au jeu de la vérité avec la fille en fauteuil roulant de Simone, est extrêmement manipulatrice. La plupart des rebondissements sont entièrement prévisibles. Heureusement, Been So Long a également une humeur douce et ironique. Le nord de Londres, à l’aube ou au crépuscule, ressemble à un monde magique, malgré les rues couvertes d’ordures. Coel et Kene nous convainquent d’une certaine manière de l’intensité et de la sincérité totale de leurs sentiments, même s’ils sont perdus dans un monde de Camden kitsch.