Detroit en streaming VF HDLIGHT

video

Liens de Téléchargement

Uptobox Fuuze HDLIGHT (VF)

Synopsis et détails

Detroit
Réalisateur(s) : Kathryn Bigelow
Acteur(s) : Algee Smith, John Boyega, Will Poulter
Catégorie(s) : Drame, Thriller
Langue : VF

Une descente de police à Détroit en 1967 aboutit à l’une des plus grandes émeutes de RACE dans l’histoire des États-Unis. L’histoire est centrée autour de l’incident du motel d’Alger, survenu à Detroit, au Michigan, le 25 juillet 1967…

3 Commentaires pour le film “Detroit” :

  1. Anonyme dit :

    La réalisatrice Katheryn Bigelow fait un excellent travail en créant beaucoup de tension. Le visage de chaque personnage inonde presque tout l’écran, cela rend le film profondément personnel et presque claustrophobe à la fois. Les légers vacillements de la caméra qui se concentre sur un visage, ajoute un malaise à la nature instable de la situation.

    Le film est dirigé par des experts. Le problème qui empêche ce film de devenir l’un des meilleurs calibre de l’image est l’écriture : l’histoire semblait un peu sous-développée.

    La brève explication textuelle de la tension entre la police de Détroit et les résidents noirs de la ville aurait pu servir de complément utile au film. Je n’aurais eu aucun problème avec ça. Mais après la lecture du film pendant 20 minutes, j’ai réalisé que les textes était la seule source du film.

    C’est un cas classique de raconter au lieu de montrer. Les films sont un support vidéo. N’affichez pas le texte à l’écran avec désinvolture. Ce choix a peut-être été fait pour le temps, mais je pense que les cinéastes auraient été avisés de se concentrer davantage sur l’aspect montage. L’explication du texte ressemblait à un moyen inconsidéré de raconter des histoires.

    Après le texte d’ouverture, le film serpente pendant un moment, finissant par présenter les personnages clés et fournissant un apéritif de leurs personnalités, préfigurant leur comportement à venir.

    Des moments comme ceux-ci présentaient des forces dans l’écriture. L’écriture n’a pas complètement ruiné le film, ce n’était tout simplement pas une performance oscarisée, comme le travail de Bigelow.

    Le film est globalement bien fait, en grande partie grâce à la direction adroite de Bigelow, mais ce n’est pas sans défauts. Un que j’ai déjà mentionné est que je voulais que les scènes soient réelles (pas seulement le texte) pour mieux placer la scène de cette ville qui est sur le bord de l’émeute.

    La deuxième critique est liée à la première. En raison de l’absence de mise en scène, cela devient un film qui décrit de manière experte le quoi, mais ne parvient pas à livrer pleinement le pourquoi.

    Je vois les émeutes. Je vois le fardeau émotionnel que l’inconduite policière a eu sur les citoyens maltraités. Je vois la culpabilité que certains membres du personnel en uniforme ont ressentie en se tenant prêt et en laissant l’abus se produire. Ce dont je n’ai pas assez vu, c’est pourquoi tout cela est arrivé. Je voulais un détail plus personnel de ce qui a mené à la nuit montrée dans le film. Les actions sont claires et puissantes, mais les motivations sont vagues et faibles.

    Je suis sorti du film en me demandant quel message les cinéastes espéraient transmettre. Alors que le titre est Detroit, l’histoire est beaucoup plus restreinte. Étant donné que le choix est axé sur seulement quelques agents et un groupe restreint de citoyens, devrais-je supposer que l’inconduite de ces agents était la norme ou l’exception?

    Ce n’était peut-être pas l’intention des cinéastes de répondre à ces questions. Peut-être qu’ils voulaient simplement raconter cette histoire spécifique, sans plus d’implications, ce qui est bien. Je voulais simplement voir une description plus large de l’atmosphère de la ville avant, pendant et après les émeutes.

  2. Anonyme dit :

    Racontant l’histoire de trois hommes afro-américains assassinés dans un motel à Detroit pendant les tristement célèbres émeutes et mouvements de droits civiques de la ville, Detroit met en vedette un casting de stars qui est certainement meilleur sur le papier que dans ce film. John Boyega, Will Poulter, Jason Mitchell, Anthony Mackie, John Krasinski, et ainsi de suite, mais aucun d’entre eux n’est vraiment servi comme personnage principal. Bigelow est si déterminée à raconter les faits de l’affaire qu’elle sacrifie de bonnes performances afin de nous donner une part de réalité. Le film se déroule comme la reconstitution la plus coûteuse d’une tragédie sur Investigation Discovery et, en regardant les faits de l’affaire, c’est le meilleur compliment que je puisse donner au film. Cela a l’air arriéré, mais c’est extrêmement instructif, même si l’on choisit un côté dans tout ça. La seule chose que Bigelow fait le mieux est de montrer une histoire vraie comme si elle se déroulait devant vous.

  3. Anonyme dit :

    “Detroit” est un film qui se déroule en 1967, mais il s’agit d’une déclaration sur le type de police qui continue de se produire trop souvent dans de nombreuses communautés afro-américaines. Tout comme il n’est pas possible de parler des événements récents à Ferguson, New York, Minneapolis, Baltimore, Chicago, Charleston, Cleveland, etc., sans exprimer un point de vue particulier, “Detroit” révélera aussi beaucoup de nos préjugés. nous traitons la représentation des événements brûlants tels qu’ils se sont produits au motel d’Alger au milieu d’une émeute raciale.

    “Detroit” nous obligera également à parler de nos préférences pour les films qui bougent et nous dérange sur ceux qui divertissent simplement et la quantité de “précision historique” que nous nous attendons à voir dans les documentaires qui sont mis en place dans le passé.

    Bigelow tourne le film d’un œil impassible et son point de vue est évident. Elle se trompe du côté du grincement digne et scandaleux en représentant le mal et les acteurs sont engagés, inspirés et superbement dirigés.

    “Detroit” est un film qui est aussi difficile à regarder que n’importe quelle tragédie impitoyable de deux heures impliquant des personnes que nous connaissons et dont nous nous soucions et qui est profondément émouvante car elle incite (sinon assaille) nos émotions. C’est un film époustouflant mais l’art bien travaillé, comme nos propres reflets dans les plus beaux miroirs, n’est pas toujours joli.