Le Pape François – Un homme de parole en streaming VF HDLIGHT

Liens de Téléchargement

Uptobox Fastdownload HDLIGHT (VF)

Synopsis et détails

Le Pape François – Un homme de parole
Réalisateur(s) : Wim Wenders
Acteur(s) : Ignazio Oliva, Pope Francis, Sister María Eufemia Goycoechea
Catégorie(s) : Documentaire
Langue : VF

Le 13 mars 2013, le Cardinal de Buenos Aires, Jorge Mario Bergoglio, devient le deux cent soixante sixième Souverain Pontife de l’Église Catholique. C’est le premier Pape originaire d’Amérique du Sud, le premier jésuite nommé Évêque à Rome, mais avant tout le premier chef de l’Église à avoir choisi le prénom de François d’Assise (1181-1226), un des saints catholiques les plus révérés, qui avait dédié sa vie à soulager les pauvres et éprouvait un profond amour pour la nature et toutes les créatures de la Terre qu’il considérait comme la mère suprême.

Le film, plus qu’une biographie ou un documentaire, est un voyage initiatique dans l’univers du Pape François qui s’articule autour de ses idées et de son message, afin de présenter son travail, aussi bien que les réformes et les réponses qu’il propose face à des questions aussi universelles que la mort, la justice sociale, l’immigration, l’écologie, l’inégalité de revenus, le matérialisme ou le rôle de la famille.

2 Commentaires pour le film “Le Pape François – Un homme de parole” :

  1. Anonyme dit :

    Le réalisateur Wim Wenders a eu une carrière variée et diversifiée qui remonte à 50 ans, avec des films narratifs et documentaires. Il est probablement mieux connu pour PARIS TEXAS (1984), WINGS OF DESIRE (1987) et PINA (2011). En tant que cinéaste, il semble exceller dans la manière de considérer un sujet ou un sujet d’une manière légèrement différente. C’est pourquoi certains de ses projets sont mieux reçus que d’autres. Cette fois, il bénéficie d’un accès personnel remarquable au pape François, ainsi que de superbes images d’archives obtenues du Vatican.

    Jorge Mario Bergoglio de Buenos Aires, en Argentine, est devenu pape en 2013 et a choisi Francis comme nom papal. Le réalisateur Wenders passe une grande partie du film à établir le lien et la corrélation avec son homonyme, St Francis of Assisi – il y a environ 800 ans. Le flair artistique de Wenders transparaît dans les séquences de dramatisation en noir et blanc, destinées à nous renvoyer à l’époque d’Assise afin que nous puissions saisir les parallèles.

    Ce n’est pas un argument de vente pour le catholicisme, mais plutôt une introduction à l’homme, à sa vision et à sa démarche. Il semble clair que ce “réformateur” est ce qui était nécessaire après que le pape ultra-conservateur Benoît XVI se soit “retiré” (une mesure sans précédent). Plutôt que de miser sur les faux pas précédents, le film se concentre sur cet homme très engageant et sincère qui se consacre aux causes de la pauvreté et aux droits des immigrés. Il croit que nous devrions suivre la loi de la nature: nous devrions tous vivre en harmonie; et que nous sommes tous responsables du monde et de la communauté dans lesquels nous vivons. Le pape François nous parle de ses 3 T: terra (terre), trabajo (travail) et techo (logement), et de la manière dont ceux-ci constituent le fondement d’un avenir appelé “espoir”.

    Au-delà de ces éléments, ce n’est pas un film mordant. C’est tout à fait humiliant d’écouter un homme si universel dans ses pensées. Il a une tolérance zéro pour la pédophilie dans l’église ou à l’extérieur, et il croit fermement aux avantages de l’écoute – un autre point que Wenders essaie de relier avec Saint François d’Assise. La caméra (et donc nous) parcourt le globe avec le pape – Afrique, Brésil, Grèce, États-Unis, Israël, etc. Tant de pays, de religions et de races sont touchés. Il lave même symboliquement les pieds des moins fortunés.

    Il y a beaucoup d’entretiens avec le pape lui-même, et il ne recule jamais devant une question … qui nous mène à la seule critique du film. Wenders, agissant ici en tant que narrateur et facilitateur, n’insiste tout simplement pas assez sur certains des sujets difficiles qui pourraient donner lieu à un véritable aperçu et à un débat. Il nous reste donc à nous demander si cet homme merveilleux peut atténuer les changements au sein d’une église qui n’est pas très connue pour cela (consultez les données démographiques du groupe d’adresses des cardinaux Francis). Wenders livre un regard affectueux à l’homme et nous repartons avec un peu plus d’admiration et d’espoir – ce n’est pas une si mauvaise chose.

  2. Anonyme dit :

    Un véritable œuvre d’art et le meilleur documentaire que j’ai vu au théâtre depuis au moins 12 ans, “Le pape François: un homme de parole” adopte une approche séduisante: plutôt que d’être un film sur le pape François, il s’agit d’un document des problèmes actuels de notre monde et une présentation du message du pape en réponse à celui-ci. Ce n’est pas une hagiographie dans le sens d’être “pro-Francis”, “anti-Francis”, ou quoi que ce soit à propos de Francis. C’est un film qui lui permet de présenter son message lors d’interviews franches dans lesquelles il nous regarde directement dans les yeux, nous appelant à prendre ses paroles au sérieux, car nous l’accompagnons également dans ses voyages dans des lieux où personne ne veut aller.

    Wim Wenders, le réalisateur allemand primé de la nouvelle vague, apporte une touche artistique à ce travail. Il est clairement un artiste d’abord et un chrétien (ne s’identifiant plus à aucune église en particulier) ensuite. Wenders a passé deux ans à interviewer le pape François au cours de quatre séances avec une caméra, ce qui a permis au pontife de parler directement devant la caméra. Il a utilisé une caméra à manivelle de 1920 pour présenter des images de la vie de saint François d’Assise, suggérant que le message du pape François soit le message de saint François, c’est-à-dire le message des évangiles et de Jésus-Christ.

    Il y a une profonde compassion pour notre humanité en lutte dans ce film. Wenders présente les problèmes globaux de notre époque et ne fait que retenir la réponse du pape François, invitant les téléspectateurs à accepter ou à rejeter le message réel de l’homme plutôt que de présenter des arguments ad hominem pour ou contre sa personne. C’est une approche rafraîchissante qui est assez différente de nombreuses biographies de personnalités publiques, car Wenders permet à Francis d’être assez humble pour faire passer son message sur la réponse de Dieu aux souffrances de ce monde plutôt que sur lui personnellement. Je n’ai jamais vu un documentaire aussi semblable à celui-ci auparavant et je crois qu’il fait partie des cinq meilleurs documentaires que j’ai jamais vus. C’est si simple, si vrai, si pur et aussi si provocant pour notre (et la mienne) complaisance d’accepter l’injustice dans le monde. Plutôt que de critiquer la réponse du pape aux problèmes de notre époque, le film montre simplement sa réponse et m’invite à me demander: qu’est-ce que je fais à ce sujet? Que puis-je faire? Les valeurs révolutionnaires des évangiles transparaissent dans toutes les incrustations possibles dans ce film, qui est peut-être l’un des meilleurs films religieux que j’ai vus depuis très longtemps.