Maya l’abeille 2 – Les jeux du miel VF HDLIGHT

Regarder Maya l’abeille 2 – Les jeux du miel streaming vf
Voir Maya l’abeille 2 – Les jeux du miel en streaming HD

Liens de Téléchargement

Uptobox Fastdownload HDLIGHT (VF)

Synopsis et détails

Maya l’abeille 2 – Les jeux du miel
Réalisateur(s) : Noel Cleary, Sergio Delfino
Acteur(s) : Coco Jack Gillies, Jenifer Bartoli, Lou Jean
Catégorie(s) : Animation, Famille
Langue : VF

Maya va enfin participer aux Grands Jeux du Miel ! L’enjeu est de taille : Maya doit absolument gagner, sinon elle devra livrer tout le miel de sa ruche à l’Impératrice des abeilles !
Maya, Willy et leurs amis vont devoir se surpasser pour battre l’équipe de Violette, une adversaire aussi rusée et maligne que mauvaise joueuse !
Titre original : Die Biene Maja 2 – Die Honigspiele

2 Commentaires pour le film “Maya l’abeille 2 – Les jeux du miel” :

  1. Anonyme dit :

    Etre là pour la toute première fois est très excitant pour Maja et Willi. Ce que vous devez être capable de faire: voler vite, grimper, éliminer le marais, trouver une fleur magique et récolter le pollen. Il est important d’être le gagnant. S’ils perdent aux jeux du miel, la récolte de miel est partie. C’est ce que l’Impératrice avait prévu. Contre quatre équipes bien entraînées, doit affronter l’équipe Majas. Mais l’araignée Luna, les peluches de cafards, le puceron Caruso et les deux fourmis martiales rouges Eddy et Freddy ont aussi peu de pratique que Willi et Maja. En outre, l’imaginaire Violetta, le chef de l’équipe de la capitale de Summtropolis, tente constamment de booster la Klatschmohnteam avec des tours injustes. “N’abandonne pas”, Maja encourage son équipe.

    Si vous connaissez le premier film avec l’abeille Maja, vous savez peut-être que les personnages et les environnements sont très colorés et animés avec l’ordinateur sous forme d’objets 3D. Cela fait vraiment quelque chose et vous suivez l’histoire comme. Les voix vont bien aussi avec les personnages, mais parfois Theresa Zertani exagère légèrement comme excitée Maja. Cette fois-ci, le pré de coquelicot et la maison de Maja ne sont importants qu’au début. Ensuite, vous voyagez avec Maja et Willi dans un monde avec de nombreux êtres nouveaux et très différents. Si vous regardez de plus près, certaines choses peuvent vous rappeler vos propres expériences: il y a des imbéciles qui aiment battre, des salopes qui sont méchantes avec les autres ou qui les traitent d’en haut, et des outsiders que personne n’aime vraiment. Belle est la pensée mais qu’il y a un talent chez tout le monde et qu’il faut croire en soi pour réussir quelque chose. Qu’il est également important de ne pas tout faire seul mais que tout fonctionne mieux ensemble, cela a appris Maja – et peut en effet réussir dans la vie humaine. Dommage qu’on en parle constamment et que le plaisir du film se perde un peu entre les deux.

  2. Anonyme dit :

    Certains personnages ne meurent jamais. Maja est dans sa ruche depuis plus de 100 ans. En 1912, elle sortit de son rayon de miel dans un roman de l’écrivain Waldemar Bonsels. Un film muet, diverses pièces de théâtre, 2 dessins animés et un film d’animation plus tard, le protagoniste idiosyncratique du cinéma lors du tour suivant. Les parents qui ont grandi avec la production télévisée des années 1970 doivent d’abord s’habituer au nouveau look.

    Toujours dans sa récente aventure, l’abeille, qui s’appelle Maja (voix: Theresa Zertani), pense d’abord au plaisir, puis au travail. Au lieu de collecter du pollen pour sa canne, elle siffle dans l’herbe avec une libellule: une course aux tons de flûte estivale, dans laquelle elle laisse ses concurrents derrière elle. Pour les prochains jeux de miel, la petite abeille rusée semble prédestinée.

    Mais l’événement sportif majeur à Summtropolis a un attrait doux. L’été a été court, le peuple Majas n’a récolté qu’un peu de miel, mais doit céder pour sa participation obligatoire mais 50% de celui-ci à l’impératrice Katharina (Andrea Sawatzki). Le cœur lourd, Majas Queen s’incline devant les ordres de sa sœur royale. Maja, cependant, ne serait pas Maja, elle ne négocierait pas effrontément un accord avec l’impératrice: si l’équipe remporte la prairie de pavot, elle devrait conserver le miel.

    Le prélude est brusque, la routine de repos. L’insecte effronté est devenu ce qu’il est, The Bee Maya – Le film a déjà été raconté il y a 4 ans. Les jeux de miel se déroulent maintenant au milieu de la prairie de pavot et, après une brève exposition, bousculent les sentiers bien connus d’un film sportif. La troupe Majas est un outsider à part entière. Spider Luna est léthargique, punaise de lit Caruso a peur des hauteurs, les peluches de cafard sont crasseuses de crasse et les fourmis qui louchent Eddie et Freddie courent toujours un peu hors de la piste.

    Pour couronner le tout, le meilleur ami de Majas, Willi (Jan Delay) à Violetta, le chef de l’équipe privilégiée de Summtropolis, a été émerveillé. L’abeille citadine aux cheveux violets est rusée, mais surtout parce qu’elle est motivée. Son père, le comte Alfottas de Bee-Sting III. (Uwe Ochsenknecht), transmet directement à Violetta la pression qu’elle apprend de l’impératrice. Donc , comme tout bon film de sport dit aussi Maya l’abeille – Jeux de miel quelque chose sur la société.

    Cependant, il n’y a pas de surprises ou de grandes idées. La première compétition est perdue, une formation doit être faite pour souder Maja & Co. et dissiper toutes leurs peurs et phobies. Les premiers succès sont à venir. Mais l’égoïsme de la petite Summerin rejette son équipe jusqu’à ce qu’elle voie ses erreurs et en assume la responsabilité. En conséquence, le groupe Majas aide plutôt ses adversaires à se sortir du pétrin que de gagner seuls et remporte la victoire.

    Pour les tout petits, à qui s’adresse avant tout la seconde aventure cinématographique de Maja, cette histoire n’a rien d’anormal. Au contraire! Le film d’animation véhicule des valeurs telles que l’amitié, la cohésion et l’importance de placer le bien-être du groupe avant l’individu ou de rencontrer des étrangers toujours ouverts et sans préjugés. Pour les adultes, toutefois, les 83 minutes de divertissement n’offrent aucune valeur ajoutée. Un méta-niveau qui rend de nombreuses productions d’outre-mer si amusantes que vous cherchez en vain dans cette coproduction germano-australienne. Et l’animation varie également entre succès, parce que des paysages détaillés et des mouvements sophistiqués d’une part et des plans de détail très peu aimants, par exemple de visages, de l’autre. De loin, le charme de l’ancienne série ne suffit pas.