Pearl en streaming VF HDLIGHT

video

Liens de Téléchargement

Uptobox Fastdownload HDLIGHT (VF)

Synopsis et détails

Pearl
Réalisateur(s) : Elsa Amiel
Acteur(s) : Arieh Worthalter, Julia Föry, Peter Mullan
Catégorie(s) : Drame
Langue : VF

Léa Pearl est sur le point de se disputer le prestigieux titre de Miss Heaven. Mais son passé la rattrape quand son ex-amoureux Ben se présente avec le fils de 6 ans qu’elle connaît à peine.

1 commentaire pour le film “Pearl” :

  1. Anonyme dit :

    La nouvelle venue Julia Fory et le co-vedette Peter Mullan expérimenté dans cette étude d’un culturiste féminin, dirigés par le nouveau réalisateur Elsa Amiel.

    Portrait de la culturiste féminine dont le passé la rattrape au cours d’une compétition à enjeux élevés, la coproduction franco-suisse Pearl propose un regard intensément tactile dans un monde peu connu, rempli de paillettes, de stéroïdes et d’un engagement sans faille de participants à pousser leurs anatomies à la limite. Elsa Amiel, réalisatrice et réalisatrice suisse qui a débuté dans ce long métrage, était auparavant assistante de réalisateur pour des auteurs francophones tels que Bertrand Bonello, Noémie Lvovsky et Mathieu Amalric. Mullan comme son entraîneur. Bien que l’héroïne soit une femme hétérosexuelle cis, le défi implicite de l’histoire aux normes de genre pourrait aider le film à trouver un public parmi les téléspectateurs amicaux sur le festival et le circuit des maisons d’art après ses débuts dans la chaîne Venice Days sur le Lido.

    Pour reprendre une ligne de dialogue frappante, la culturiste professionnelle Lea Pearl (Fory) est devenue prisonnière du corps qu’elle s’est construit. Elle s’entraîne dans le cadre du concours international Heaven, organisé dans un hôtel anonyme et animé par des francophones. Elle passe chaque jour des heures à lever des poids et à faire de l’exercice dans sa chambre d’hôtel ou dans la salle de sport du rez-de-chaussée, sans parler à personne d’autre que son entraîneur Al (Mullan). , parlant avec son accent natal de Glasgow et faisant ce shtick menaçant et énervé qu’il fait si bien).

    Il est suggéré que les deux d’entre eux ont une relation sexuelle, mais ce qui pourrait être une scène de sexe au début est filmé en gros plans si serrés que vous pouvez compter les pores de Fory, il est donc difficile de savoir avec certitude. En fait, Al et Lea pourraient tout aussi bien faire ensemble un exercice visant à réduire son poids et à resserrer un ensemble obscur de muscles, étant donné leur détachement émotionnel. Ancien concurrent lui-même dont la boiterie et l’utilisation d’une canne suggèrent que quelque chose d’horrible s’est passé quelque part sur la ligne, Al semble moins considérer Lea comme une protégée et plus comme son ticket pour des contrats de sponsoring et un succès, ou peut-être comme une dalle de marbre avec laquelle il a aidé à sculpter des doses de pilules, de potions et de réprimandes sévères. Son côté plus discret est perçu dans son interaction avec Serena (Agata Buzek), une concurrente émotionnellement fragile, une ancienne flamme encore très chaude pour lui.

    Même si une marraine potentielle qui observe les poses de Lea la loue, son look est très «féminin», et elle et les autres candidates portent des tonnes de maquillage, de bikinis spangly et de talons hauts de style décapant, les muscles extrêmes et les fonctions hormonales renforcées rendant flou le genre. les signifiants. Pendant ce temps, Lea insiste sur le fait qu’elle «ne peut pas» avoir un enfant et concourir elle aussi. Alors, naturellement, le grand incident narratif entre Amiel et le co-auteur Laurent Lavivière réside dans l’apparition de son ex-mari, Ben (Arieh Worthalter), avec son fils de 6 ans, Joe (Vidal Arzoni, adorbs), en remorque, un enfant qu’elle n’a pas vu depuis quatre ans.

    Arnaqueur mineur, Ben veut décharger Joe sur Lea (bien qu’il insiste pour l’appeler “Julia”, son nom de naissance) afin qu’il puisse passer ses billets pour le cuir chevelu dans la journée à un stade. Lea ne veut rien avoir à faire avec la gamine, qui ne fera que distraire pendant qu’elle se prépare pour sa grande compétition physique. Au début, elle essaie de le jeter sur Serena et, lorsque cela ne fonctionne pas, l’enferme dans les toilettes de l’hôtel. (Ce qui soulève la question, quel genre d’hôtel a des toilettes qui verrouillent de l’extérieur?) Finalement, Joe se gare dans la consigne à bagages derrière la réception, mais l’enfant irrépressible parvient à s’échapper et Lea est obligée de s’occuper de lui. dans tous les sens.

    Amiel et Fory n’ont pas peur de repousser les limites de la sympathie avec le personnage de Lea, révélant une femme qui a tout fait pour extraire tout le lait de sa mère de son système et s’aérer au pistolet. Les installations d’éclairage souvent complexes du DP Colin Leveque, découpées avec des couleurs vives inspirées par les costumes, soulignent la théâtralité du monde de Lea, un monde qui rappelle à la fois la scène de drag, les discothèques et les spectacles de beauté. Cette impression est renforcée par les choix musicaux EDM qui favorisent le son des synthétiseurs. Plisser les yeux et c’est presque comme regarder un film de Nicolas Winding Refn mais sans violence ni humour noir.